Mariane Borie - Éditrice freelance

Édition | Revue Philo-fictions, n° 3 (Onphi)

Couverture Traduction, une dernière fidélité (Philo-fictions, n° 3-4)
  • Conception de la maquette graphique
  • Préparation des copies
  • Mise en pages et montage des textes
  • Intégration des corrections
  • Vérifications bibliographiques
  • Transmission des fichiers à l’imprimeur
  • Création des versions PDF et EPUB
  • Télécharger un extrait

Auteur

Collectif

Directeur de la publication

Jean-Baptiste Dussert

Éditeur

ONPhI éditions

ISSN

2103-7809

Édito

Cette revue a pour destination de recevoir des textes dits « non-philosophiques » et d’en constituer une sorte de bibliothèque. Le « non » de non-philosophique n’est pas une négation, mais une généralisation. Le minimum d’un texte non-philosophique est d’admettre que le réel précède la philosophie, et de transformer les énoncés philosophiques en fonction de cette hypothèse. La philosophie y perd son autorité sur le réel, mais on peut enfin la caractériser et en faire la théorie. La non-philosophie est la théorie de la philosophie et une pragmatique à son occasion.
[…]
Le troisième et dernier numéro en date, intitulé « Traduction, une dernière fidélité », porte son questionnement sur les relations complexes entre philosophie, non-philosophie et traduction. Il y est question à la fois de mettre en question l’instrumentalisation philosophique du traduire, tout autant que de dégager de nouvelles pratiques traductives dérivées de la non-philosophie, à l’heure où cette dernière devient de plus en plus accessible dans d’autres langues.

Présentation de la revue

L’affirmation de la philosophie oscille toujours entre sa mort et sa survie, son excès et sa rareté, son pluriel et sa singularité, sa médiatisation et son absolutisation, comme si elle ne savait exister que dans l’enclos de ces dualités harassantes. Les rares nouvelles propositions qui apparaissent sont encore des répétitions et des défenses doctrinales de positions. Philo-fictions prend le risque d’une autre ambition, la déclare, sans ignorer sa difficulté de réalisation : placer la philosophie sous la triple condition de l’invention, de la découverte et même du pari. Ici encore, il faut, pour les déréglementations et les utopies auxquelles nous aspirons, des principes nécessaires d’ordre, des règles, une nouvelle conception de la création et du déplacement des paramètres.

Sous le titre de non-philosophie, d’anti-philosophie, de sans-philosophie, voire de pop-philosophie, certaines de leurs conditions négatives ont été déjà fixées, certains de leurs codes les plus lourds identifiés, certaines tentatives ont été faites. Il reste, à qui le voudra, à proposer de nouvelles décisions. Il ne s’agit pas nécessairement de nouvelles grandes philosophies à visée hégémonique, mais au moins de textes qui pourraient être dits globalement « non-standard ». Par définition, nous ne savons ce que nous pouvons attendre de nous-mêmes.

François Laruelle

Réalisation du troisième numéro de la revue Philo-fictions (philosophie)

Le travail de mise en pages a inclus la refonte et l’exécution de la maquette graphique, l’assemblage et le montage des textes, l’intégration de la couverture et la création de la version PDF.

Le travail d’édition a inclus la préparation des copies et l’intégration des corrections dans la maquette, la relecture des textes étant déléguée aux auteurs. La principale difficulté a porté sur la composition des notes de bas de page et des références bibliographiques, avec un important travail d’harmonisation, lié en partie au nombre d’auteurs ayant collaboré au numéro.