Mariane Borie - Éditrice freelance

Rédactrice et correctrice | Manifeste de lutte contre la dénutrition

Couverture illustrant la mission de correctrice relectrice pour le Manifeste de lutte contre la dénutrition
  • Réécriture de 47 textes
  • Création de la titraille, écriture et création de contenus
  • Conseil éditorial
  • Définition de l’ordre du sommaire
  • Relecture des épreuves

Auteur

Collectif de lutte contre la dénutrition

Éditeur

Bord de l’eau

ISBN

978-2-35-687468-9

Quatrième

Aujourd’hui en France, ce sont a minima 2 millions d’enfants, d’adolescents, d’adultes atteints de maladies chroniques ou aiguës et de personnes âgées qui souffrent de dénutrition. Lourde de conséquences, la dénutrition favorise le développement d’infections et de complications postopératoires, retarde la guérison, augmente la durée des hospitalisations, est responsable de chutes chez la personne âgée et peut conduire à la mort.

Pourtant, nous disposons de tous les savoirs et de toutes les solutions pour vaincre la dénutrition, mais faute de moyens et de prise de conscience, nous ne le faisons pas. Alors même que le nombre de personnes dénutries ne baisse pas depuis 30 ans, une importante augmentation de leur nombre est à craindre, notamment avec l’évolution démographique des personnes de plus de 60 ans et l’augmentation des pathologies chroniques.

Parce que cette situation est inacceptable et qu’il est urgent d’agir, nous, le Collectif de lutte contre la dénutrition, signons aujourd’hui le Manifeste de lutte contre la dénutrition pour que, demain, la France s’engage à mettre fin à ce fléau.

Rédactrice et correctrice d’un ouvrage de santé publique (120 pages)

J’ai été contactée en avril 2016 pour corriger et réécrire un manifeste, écrit par un collectif de personnalités issues du monde médical, associatif, politique, intellectuel, religieux, et mobilisées contre une problématique de santé publique, la dénutrition.

La mission a consisté à synthétiser, réécrire et corriger une quarantaine d’articles, principalement des interviews, avec pour objectif : rendre le texte percutant et stylistiquement homogène. Pour chaque interview, j’ai eu à créer la titraille, à restructurer le contenu et à rédiger une chute, absente dans la majorité des textes. J’ai également relu les épreuves, à l’exception des textes liminaires que je n’ai ni corrigés ni relus.

Le travail de réécriture a été largement influencé par les contraintes de calibrage extrêmement serrées et les choix de mise en page, laissant peu d’espace pour chaque interview et obligeant à travailler parfois sur plusieurs textes en simultané afin de respecter la pagination globale (120  pages) de la publication. En ce sens, la prestation se définit davantage comme une mission de rédaction que de correction relecture, ou, pour reprendre les termes du contrat, de « plume ».

Au-delà de ces aspects techniques, l’intérêt de ce travail a résidé dans la diversité des approches (sociologique, anthropologique, philosophique, politique, religieuse, sociétale avec le témoignage d’aidants ou d’associations) de la problématique de dénutrition. Pour les textes abordant les enjeux médicaux de la dénutrition, un important travail de vulgarisation a dû être réalisé.