Les étapes de la correction d’un livre

Une correction professionnelle, telle qu’elle est réalisée dans les maisons d’édition, s’effectue traditionnellement en deux étapes : la préparation de copie et la relecture des épreuves. Le code typographique permet d’arrêter la plupart des choix de correction, mais lorsqu’une graphie fait débat, le maître mot reste l’harmonisation.

Sommaire


Préparation de copie

Réalisée sur écran, la « préparation de copie » consiste à mettre au point le manuscrit avant l’application de la maquette graphique. Elle inclut la lecture critique du ou des documents, la mise aux normes typographiques et la correction proprement dite du manuscrit.

Audit et calibrage

Cette phase vise à évaluer la longueur (calibrage), la cohérence et l’exhaustivité du manuscrit. Le calibrage ne concerne que les ouvrages s’insérant dans une collection existante. L’audit inclut les étapes suivantes :

  • lecture critique du manuscrit ;
  • analyse de la structure de l’ouvrage ;
  • contrôle de l’exhaustivité de l’appareil critique ;
  • application des feuilles de style ;
  • établissement des compléments de rédaction ;
  • création des tables et index.

Mise aux normes typographiques

La mise aux normes typographiques consiste à structurer le manuscrit en harmonisant l’espacement des mots et en mettant en relief certains éléments ayant une fonction particulière. Elle porte sur l’ensemble des points suivants :

  • ponctuation ;
  • espaces typographiques ;
  • invariants typographiques (style, casse, corps, graisse).

Correction et rewriting

Toute correction implique un travail minimal de réécriture, plus ou moins important selon la qualité et la cohérence stylistiques du manuscrit. Deux niveaux de correction peuvent être envisagés :

  • correction simple (orthographe, grammaire, syntaxe, conjugaison, accords, barbarismes, solécismes…) : la réécriture n’est motivée que par la correction, la clarté de l’expression ou la compréhension fidèle du texte ;
  • correction approfondie (niveau de langue, lourdeurs ou maladresses stylistiques) : la réécriture consiste à débarrasser le manuscrit des maladresses, lourdeurs ou incohérences stylistiques susceptibles d’altérer son efficacité.

Harmonisation des choix d’écriture

Lorsque la correction implique une décision rédactionnelle ou typographique, ce choix fait systématiquement l’objet d’une d’harmonisation à l’échelle du manuscrit. Celle-ci inclut les éléments suivants :

  • relecture systématique de l’ouvrage ;
  • harmonisation orthotypographique selon votre marche éditoriale ;
  • lissage de l’appareil critique (bibliographies, notes, index, tables.

Relecture sur épreuves

Obtenues après mise en pages, les épreuves correspondent à la version provisoire de l’ouvrage permettant à l’auteur « de juger du degré d’achèvement de son travail ». Réalisée sur papier, la « relecture sur épreuves » consiste en l’ultime correction à apporter au manuscrit avant signature du bon à tirer. Elle compote trois étapes.

Relecture complète de l’ouvrage

Cette phase comporte les vérifications suivantes :

  • respect des normes orthographiques, typographiques et grammaticales ;
  • correction de la syntaxe ;
  • cohérence stylistique.

Contrôle de la mise en pages

Cette étape consiste à vérifier les points suivants :

  • conformité de la couverture ;
  • exhaustivité du contenu ;
  • harmonie du gris typographique (veuves, orphelines, coupures de mot).

Contrôle de la structure de l’ouvrage

Ce dernier élément de la relecture porte plus spécifiquement sur les aspects suivants :

  • homogénéité des styles typographiques ;
  • respect des niveaux de titres (cohérence et numérotation) ;
  • fidélité du foliotage ;
  • commencement des chapitres et parties en belle page ;
  • conformité de la table des matières et des renvois internes.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.